Le réseau de stations météo Météovergne

Station Météovergne de Laschamps (942 m)

 Les données des stations météo du réseau sont disponibles sur l'application Météovergne

     En avril 2020, le réseau de stations météo Météovergne comprenait 9 installations réparties sur le territoire du massif du Sancy et de la chaine des Puys. Ces dispositifs envoient leur données sur le serveur de Météovergne 24h/24, toutes les 10 min.

     Les paramètres mesurés dépendent du lieu d'installation, sélectionnés selon leur pertinence et les contraintes du site.

     Le réseau est toujours en phase de développement : les importantes différences de phénomènes météo et de statistiques climatologiques entre les versants nécessitent un maillage important de stations météo.

Ci-dessous, localisations et altitudes des stations.

Station Météovergne de la Ferme du Guéry (1300 m)

Localisations et altitudes des stations météo

     Les stations météo sont la propriété de Météovergne ou de partenaires particuliers et professionnels, dont des dispositifs installés conjointement pour s'assurer de la fiabilité des mesures.

Propriété des stations météo

     L'installation d'une station météo doit obéir à des normes qu'il faut s'efforcer de respecter au maximum. Certaines sont incontournables comme la mesure de la température dans un abri blanc aéré, à l'abri du rayonnement solaire (et non du vent !). Mais cela demande également des adaptations : la photo ci-dessous à droite met en évidence la station Météovergne d'Olby. En milieu urbain, le meilleur compromis est l'installation sur le toit d'un bâtiment afin d'avoir une mesure correcte des précipitations et du vent. En revanche, la température surchauffera légèrement en raison de la proximité du toit, surtout en période estivale.

Parc à instruments Météovergne de Laqueuille (à gauche). Station Météovergne d'Olby (à droite)

Paramètres mesurés par station

Le givre : une forte contrainte

     Au-dessus de 1100/1200 m en moyenne, les massifs subissent des dépôts de givre (et/ou de glace) importants lorsque des conditions particulières d’humidité, de température et de vent sont réunies.

 

     Ce givre qui s’accumule sur les obstacles naturels et artificiels à l’écoulement de l’air, face au flux, constitue une forte contrainte pour l'observation météorologique, particulièrement pour le vent puisque sans matériel adapté, anémomètre et girouette classiques se retrouvent bloqués dans leur carcan d'eau solide.

 

     Il s’agit aussi d'une contrainte pour la température : si la sonde est prise dans du givre ou de la glace, la valeur mesurée peut rester bloquée à 0°C lors d'un redoux, et ce pendant plusieurs heures, le temps de la fonte. Heureusement des solutions existent mais elles sont onéreuses (plusieurs milliers d'euros) : il s’agit d'anémomètres à ultra-sons munis d'une résistance chauffante. Ce type d'installation est à l'étude.

Givrage de faible intensité observé en mars 2020 au niveau de la station Météovergne de la Ferme du Guéry. Suffisant pour bloquer les mesures.

Givrage à proximité du puy Ferrand (vers 1800 m) en novembre 2019. Les dépôts de givre se mesurent ici en mètres.

Intérêts d'une station météo et le piège des fausses observations

     Malgré son nom familier, une station météo est souvent le fait d'idées reçues : elle ne permet pas de réaliser des prévisions météo. Il s'agit avant tout de données d'observations qui mesurent l'état de la troposphère en un lieu, à une altitude et à un moment donnés.

     Son intérêt est multiple : connaitre la réalité des conditions, comprendre les phénomènes en cours, anticiper de futurs phénomènes via les modélisations, archiver des données (climatologie).

      Dans le contexte actuel d'abondances de prévisions météo automatisées, un aspect doit être évoqué : de nombreuses applications météo (sans prévisionnistes) géolocalisent l'utilisateur. Cela permet un sentiment de précision et à tort, de fiabilité.

 

     Ainsi, les conditions actuelles affichées (comme dans l'exemple ci-contre), ne correspondent pas à des valeurs mesurées mais bien à des conditions météo basées sur des modélisations (prévisions numériques). Il faut impérativement distinguer PRÉVISIONS et OBSERVATIONS et ces applications ajoutent de confusion.

 

     Seule une station météo permet de mesurer de manière fiable les conditions sur un espace donné. De plus, sur ces systèmes automatisées, il n'y a en général aucune indication d'altitude.

Une station météo est donc une valeur ajoutée essentielle, qui implique un investissement financier et humain.

Elle offre ainsi un diagnostic des conditions météo réelles, qu'elles soient différentes ou non des prévisions.

Exemples de données issues de stations du réseau Météovergne : température, humidité relative, rafales.

Station météo mobile

     La voiture Météovergne est également équipée d'instruments pour effectuer des mesures continues ou ponctuelles.

© Météovergne - Mentions légales - CGV