Veste MH900 Quechua : au sec dehors et dedans

28/07/2018

Descriptif Décathlon : "Conçu pour le randonneur en montagne expert qui veut se protéger de la pluie, du vent, de la neige avec l’exigence de rester sec durant l’effort. La veste de randonnée toutes options pour rester au sec et à l’abri ! Imperméable, respirante, ventilée et légère, elle est ultra-polyvalente grâce à sa capuche à volume variable et ses renforts."

 

 

 

 

     Au premier contact, la finesse et la légèreté du produit peuvent provoquer un certain scepticisme sur ses capacités techniques. Quoi de mieux que les nombreux épisodes orageux depuis le mois de mai pour mettre à rude épreuve cette veste, avant tout mise en avant comme une protection efficace face aux intempéries ?

 

     Dès les premières gouttes, et même sous de très grosses gouttes, l'efficacité est amusante car elle rappelle l'eau qui glisse sur les plumes d'un canard : la déperlance est remarquable, l'eau se disperse, la veste ne devient pas un tissu gorgé d'eau qui colle à la peau... !

 

 

 

 

     Mais la déperlance ne fait pas tout : nombreux sont les produits plus ou moins vendus comme imperméables qui ne sont en fait que déperlants. Sous la douche pluvieuse, peu d'évolution : les gouttes s'éclatent contre la veste et l'eau ne parvient pas à pénétrer le tissu.

 

     La fiche technique indique une imperméabilité de 15000 mm (tissus 3 couches). Ce n'est pas parfait mais déjà d'un très bon niveau pour rester au sec. Effectivement, en passant du temps sous les averses orageuses, le haut du corps est bien protégé.

 

 

 

 

     Le test utilisé pour qualifier l'imperméabilité de la veste a reproduit les conditions d'une tempête au milieu tropical. Dans les volcans d'Auvergne, on échappe encore à ce type d'évènement (pour l'instant ?) mais en tout cas, les tempêtes pluvieuses on connait... !

 

     L'été, sauf fraîcheur inhabituelle, on laisse tomber les vestes chaudes Gore-Tex, de l'hiver. Du coup cette veste, remarquable par sa légèreté (565 grammes en taille L) permet de s’adapter aux situations météorologiques changeantes et aux fortes amplitudes thermiques : trop frais pour n'avoir qu'un tee-shirt en-dessous ? Il y a de la place pour une petite polaire, car dans les massifs, même en plein été, des températures sous +10°C, voire sous +5°C sont tout à fait normales : plusieurs fois par an, on relève des journées plus froides en plein été que lors d'une journée hivernale relativement douce.

 

     La légèreté et la compressibilité de la veste sont des atouts majeurs pour ne pas encombrer rapidement son sac par un vêtement qui pourrait finalement être inutile en cas de menace orageuse incertaine.

 

 

 Développement d'un cumulonimbus le 3 juillet 2018, vu depuis Laqueuille (Météovergne). L'été, les orages se forment fréquemment sur place, après une première partie de journée sans aucun nuage, d'où la prudence nécessaire en cas de potentiel orageux prévu !

 

 

     Déperlance, imperméabilité, légèreté,... OK. Mais, il y a un point technique fondamental à mes yeux (et je ne suis loin d'être une exception) : la RESPIRABILITÉ ! Quoi de plus frustrant que d'être protégé de l'eau qui tombe et de se retrouver trempé puis frigorifié en plein été par sa propre transpiration (comme c'est le cas avec des ponchos en plastique : étanches certes, mais que d'un côté :p ).

 

     Cette veste offre une résistance évaporative (RET) de 6, ce qui la classe parmi les tissus extrêmement respirants. Effectivement, pendant l'effort et sous la pluie, on ressent bien que l'on n'est pas enfermé dans une bâche en plastique ! Légèreté et fraîcheur.

 

     Le TOP : sous les bras, 2 longs zips étanches de 45 cm (en taille L) permettent de créer de larges ouvertures pour sécher/"respirer" encore plus rapidement sans quitter la veste et s'adapter rapidement, notamment lorsque le temps est changeant (averses par moments, pluies intermittentes...). Pas de galère à quitter la veste, ôter son sac, l'ouvrir, plier la veste, la ranger, remettre son sac, s'arrêter 5 minutes plus tard pour récupérer sa veste à cause de nouvelles pluies... etc.

 

 

 

 

     Aussi, la capuche offre une bonne efficacité : serrage très rapide avec cordon à l'arrière. Elle englobe très bien la forme de la tête, avec une visière pour optimiser la protection. On notera également des protections supplémentaires avec des réglages en bas de la veste et aux poignets (avec velcros).

 

     Enfin, on appréciera un grand nombre de poches, intérieures et extérieures, bien pratiques aussi pour isoler des éléments sensibles à la pluie (papiers, électronique,...).

 

 

 

CONCLUSION :

 

 

     Je suis donc rassuré sur les performances techniques globales de la veste. A noter également que son design permet une aisance et des mouvements non contraints par le tissu. Cette version en gris carbone/noir est très esthétique : pas de couleurs superflues, une teinte adaptée et en phase avec "l'outdoor".

 

     La pluie a été majoritairement évoquée dans ce test mais il est aussi juste d'affirmer que cette veste fera une excellente protection contre le vent et notamment lors de situations où le relief sera bouché par les nuages, poussés par un vent fort.

 

     Évidemment, on cherche ici à protéger l'ensemble du haut du corps, et c'est essentiel pour ne pas risquer une hypothermie (ca n’arrive pas qu’en hiver!). Il est donc pertinent de compléter la tenue avec un surpantalon ou pantalon imperméable, ainsi que des chaussures aux mêmes qualités. A ce titre, voir le test précédent concernant une paire polyvalente à vocation trekking.

 

     Je me retrouve trop souvent, même en plein hiver, dans des situations de "sur-transpiration". Je testerai ce produit en situation hivernale avec tee-shirt technique à manches longues et polaire respirante. En hiver, j'ai souvent trop chaud en montée. Ici, la veste jouera simplement le rôle d'isolant face au vent et aux précipitations (neige ou pluie). J'espère de bons résultats.

 

Orage bientôt arrivé à maturité par évolution diurne en approche au-dessus du lac de Guéry (juillet 2018 - Météovergne).

 

 

     Comme pour tout produit aux belles performances en sortie d'usine, il convient évidemment d'être prudent sur la durabilité de ses capacités techniques : l’imperméabilité va-t-elle rapidement perdre en efficacité ? En tout cas, il est conseillé d'utiliser "un spray ou liquide réimperméabilisant en machine pour régénérer la déperlance du tissu et optimiser les performances de votre vêtement tout au long de sa durée de vie".  Personnellement, je suis assez méfiant face aux produits à utiliser : ils ont en général des impacts néfastes sur l'environnement. A voir les alternatives qui peuvent exister, je n'ai pas fait le point récemment à ce sujet.

 

     La veste comporte des renforts aux épaules, bas de manches, hanches. On surveillera donc la résistance à long-terme et en cas de frottements. Le tissu démontre une bonne résistance mais il ne faudrait pas qu'il se déchire au moindre accroc (sans considérer non plus qu'il devrait résister à une forêt de ronces !).

 

     "Le meilleur ratio poids/protection/résistance". C'est à l'affiche du descriptif officiel. Je ne sais pas si c'est le "meilleur" mais en tout cas c'est un excellent compromis entre ces trois qualités. Et puis, profitez-en, le prix vient de passer de 130 à 100 euros !

VESTE IMPERMÉABLE RANDONNÉE MONTAGNE MH900 Quechua - 100 € - Décathlon de Clermont-Ferrand.

 

Couleur : gris carbone/noir OU vert anis. Existe en version féminine.

 

Photos et fiche produit sont disponible ici.

Please reload

© 2019 - Météovergne - Mentions légales - CGV