Entreprise individuelle basée à Laqueuille (63), Météovergne propose des prévisions météo expertisées par un prévisionniste ainsi que des prestations pédagogiques en lien avec la météo. Elle intervient principalement sur un territoire s’étendant du massif du Sancy à la chaine des Puys et à la Limagne mais aussi pour d’autres secteurs en France.

Un nouveau pari pour Météovergne - 20/06/21

20200216_095134.jpg
20200523_184110.jpg
2.jpg

Temps de lecture : 7 min.

Je vous remercie par avance pour le temps que vous y accorderez.

Bonjour,

 

Avant la fin de cette année 2021, deux scénarios se présentent pour Météovergne :

 

- une entreprise au sommet de sa forme avec une forte amélioration de l’existant et des nouveautés pour répondre aux besoins et aux demandes qui affluent

- ou l’obligation de cesser l’activité, non sans une douloureuse amertume, après plusieurs années qui ont mis en évidence un potentiel solide de viabilité

 

Météovergne : c’est quoi ?

 

+ Météovergne, c’est avant tout un pari, lancé en 2017 : celui de proposer, sous la forme d’une microentreprise, des prévisions météo expertisées sur un territoire délaissé par les prévisions officielles (fin du bulletin montagne Météo-France), et qui comporte pourtant une richesses de climats, des contrastes extrêmes, et, c’était nécessaire pour se lancer, une demande en prévisions.

 

+ A travers mon travail, à la fois de prévisionniste et de modeste pédagogue, j’ai tenté de valoriser les massifs pour leurs singularités climatiques. La pédagogie est en effet une démarche que j’ai à cœur, à travers les prévisions, les publications, ou via des prestations dédiées (formations, conférences…).

 

+ Nous avons la chance de vivre dans un véritable laboratoire météo où quasiment tous les phénomènes sont possibles. Ces derniers demandent humilité et rigueur, à la fois pour les prévoir et pour les affronter.

 

+ En plus de la satisfaction d‘offrir des services à de nombreux professionnels et pratiquants des massifs, c’est un réel plaisir pour moi que d’établir des prévisions pour des lieux que j’affectionne et d'expliquer, le plus pédagogiquement possible, les mécanismes complexes du temps du Sancy à la Limagne.

 

+ En 2017, j’ai lancé l’application Météovergne, avec l’objectif d’atteindre 1200 abonnés afin d’avoir un système viable. Aujourd’hui, ce nombre d’abonnés dépasse 1700. Avec les autres prestations (bulletins personnalisés pour des clients, ponctuels ou à l’année, interventions pédagogiques,…), l’entreprise fonctionne.

 

+ C’est aussi la plus belle concrétisation que l’on puisse avoir dans une vie : celle de faire sa passion depuis l’enfance, son propre métier. En savoir plus.

 

 

Nuages d'ondes en aval du Sancy depuis Laqueuille

 

Un seul prévisionniste et une météo qui ne s’arrête jamais

 

+ Il y a malgré tout une ombre à ce tableau et c’est le sujet même de cette publication. En effet, s’engager seul dans le domaine de la prévision météo, c’est se rendre disponible 7j/7 et 365 par an avec des horaires de travail qui sont humainement intenables (un bulletin ne peut être reporté) et s’exposer à une hygiène de vie devenue médiocre, voire dangereuse pour un organisme humain, même en bonne santé.

 

+ Afin de pas alourdir ce texte assez long, je ne vais pas revenir dans les détails sur ce qu’il se cache derrière une prévision expertisée mais je rappelle qu’une prévision rédigée sous la forme d’un bulletin à 48h suivi de quelques tendances, c’est en moyenne 1h30 de travail. Aussi, cette démarche puise de l’énergie car elle demande concentration, de passer en revue des centaines de cartes et de graphiques en un temps limité, de faire des choix au risque de pénaliser certains acteurs économiques qui font confiance à Météovergne, en cas d’erreur de prévision. Il faut également choisir au mieux pictogrammes et mots pour retranscrire le déroulement probable d’une journée. Il y a donc une pression qui participe à une fatigue bien ancrée.

 

+ Et l’activité ne se limite pas à un bulletin par jour, très loin de là. La multiplicité des bulletins, des suivis, sorties terrains, interventions (pédagogiques, maintenance matériel...), gestion des réseaux sociaux, des messageries, de l’administratif impose un rythme extrêmement dense, particulièrement en période hivernale.

+ Avant de poursuivre l’explication de ce contexte et vous exposer les solutions, je tiens à préciser, car cela pourrait être mal interprété, que je ne me plains pas de mon travail mais que je suis tout simplement limité par des contraintes physiques et humaines que je ne peux éviter, même en étant le plus passionné des passionnés…

 

 

 

 

 

 

 

 

Bases nuageuses basses vue depuis le puy de la Tache

+ 4 ans sans lâcher une seule journée la météo, cela pèse de manière structurelle sur ma forme physique. L’hiver dernier, j’ai franchi une ligne rouge qui m’a fait prendre conscience que je « jouais » à un jeu dangereux : une journée qui a commencé très tôt s’est tout simplement terminée à 5h… du matin le jour suivant pour reprendre 4h plus tard (dans un contexte où je terminais en général entre 23h et 2h pour me lever bien avant le lever du soleil). Tenable quand on est jeune mais étant maintenant un jeune-vieux ou un vieux-jeune (33 ans), cela n’est pas durable.

 

+ De plus, avec de la fatigue croissante, se mêle une immense frustration : celle de ne pas pouvoir sortir sur le terrain de manière pertinente pour illustrer les conditions, expliquer les évolutions en cours etc. En effet, l’idée qui s‘est forgée comme quoi je serai tous les jours dans les massifs est un mythe que je n’ai pas vu venir (c’est le piège des réseaux sociaux…). La réalité étant que je passe plus de 90% du temps assis derrière un écran d’ordinateur. Cela entraine ensuite une spirale avec une fatigue qui s’aggrave, des bulletins tardifs et une efficacité réduite.

 

+ Impossible d’être à 7h sur le terrain pour observer les conditions nivo-météo et de rédiger les bulletins au bureau en même temps….

Tout ceci alors que l’intérêt de Météovergne s’est poursuivi : abonnements, sollicitations pour des prestations, vous êtes toujours nombreux à répondre présent, et c’est ce qui m’a fait tenir debout ! J’ai d’ailleurs, depuis plusieurs mois, quasiment stoppé toute publication incitant aux abonnements, par peur de manque de temps pour les gérer… ! Impensable…

 

+ J’ai aussi été contraint de fermer sur Facebook le compte « Alexandre Météovergne » et la messagerie de la page en raison d’un trop grand nombre de sollicitations, parfois intempestives.

 

+ Au cours de cette période, j’ai appelé à l’aide des confrères prévisionnistes qui ont pu me délester de certains bulletins. Je remercie à nouveau sincèrement Michael et Florentin pour leur précieuse aide. Sans eux, je pense que je n’en serai pas sorti indemne, et je le dis sans exagérer.

 

+ Ils ont fait le job. Mais force est de constater que cela n’a pas suffi à ce que je puisse trouver un rythme de travail plus raisonnable. Je suis donc passé par une autre étape, osée, comme en 2017 après avoir quitté mon CDI pour Météovergne : celle de rechercher un salarié. Démarche réussie : Météovergne a un salarié depuis mi-avril ! Il se nomme Kévin et je vous en fait la présentation ci-dessous.

 

 

 

 

 

 

 

Kévin, lors d'une sortie en Antarctique

▶ Qui est Kévin ?

 

+ Après un master recherche physique-chimie de l’environnement, Kévin a notamment été ingénieur d’études au Laboratoire de Météorologie Physique, unité mixte de recherche UCA/CNRS, à Clermont-Ferrand et a vécu une expérience hors du commun pendant plus d’un an tant que glaciologue-chimiste, sur la base française Dumont d’Urville en Antarctique (d’où cette photo qui n’a pas été prise dans le Sancy, vous l’aurez compris). Il a notamment réalisé des prélèvements atmosphériques quotidiens ainsi que le suivi des précipitations sur le glacier de l’Astrolabe. Une aventure en milieu extrême (n’oublions pas la longue nuit polaire de plusieurs mois…) Aimant le froid (ca tombe bien… !), il a aussi encadré des groupes en Laponie, pour des activités hivernales. Féru d’aventure et des sciences de l’environnement, j’ose croire qu’il se trouvera pleinement épanoui en travaillant pour Météovergne. En tout cas, de mon côté, l’entente et la satisfaction du travail fourni sont là.

 

▶ Quelles améliorations et nouveautés attendues ?

 

+ L’arrivée de Kévin est un soulagement. Toutefois, je n’ai pas encore trouvé le sommeil attendu car cela demande une période de formation afin que Kévin s’approprie le fond et la forme des différentes prestations Météovergne. Mais le bout du tunnel est proche. Je vous demanderai donc encore un peu de patience : d’ici septembre, ou peut-être dès cet été, le rythme sera pris et l’activité de Météovergne sera nettement améliorée en qualité et en quantité. Concrètement :

 

+ Amélioration de l’existant

 

- mise en ligne des bulletins le plus tôt possible

- accentuer la présence sur le terrain, particulièrement en hiver et le plus tôt possible afin de proposer un suivi rigoureux des évolutions nivo-météo et météo en toutes saisons

- accentuer le suivi en direct, la mise en ligne d’actualités et de photos

 

+ Nouveautés à venir

 

- nouvelle rubrique CLIMAT sur l’application (courant juin)

- nouvelle stations météo dont Ferrand*

- formation météo montagne et générale (2 à 3 jours)

- observations et explications via drone (pilote pro)

- proposer le bulletin Limagne hors application

- fiches pédagogiques (choix d’un bulletin, comprendre les spécificités locales, lire un bulletin)

- intégrer un tableau synthétique des conditions observées des dernières 24h

- conférence réchauffement climatique actualisée

 

*retardée à cause de différents facteurs mais « elle arrive ». Elle sera la plus haute du Massif-Central.

 

+ A l’étude :

 

- bulletins pour d’autres secteurs de la région Auvergne (bulletins départementaux ?)

- prévisions affinées par altitudes/sommets

- bulletin incertitudes

- ecran météo pour commerçants, entreprises de tourisme...

- abonnement « premium » : question prévisions directement auprès d’un prévisionniste

 

Liste non exhaustive.

 

 

 

Différents givrages dont suite à des pluies verglaçantes au puy de la Tache

▶ Comment participer à l’aventure Météovergne et assurer sa pérennité ?

 

+ En plus de l’engagement important que demande l’embauche d’un salarié, d’autres frais sont venus s’accumuler (dépôt de la marque Météovergne, passage en entreprise individuelle avec intervention d’un expert-comptable, formation pro et matériel drone, matériels divers, achats de données…).

 

+ Votre contribution est ainsi essentielle, d’autant plus si vous n’avez pas encore franchi le cap d’utiliser un des services proposés par Météovergne. Vous trouverez sur la page ci-dessous, l’ensemble des prestations proposées:

20210116_122020.jpg

+ Si vous aviez un choix rapide à faire, avec un tarif abordable et aux effets immédiats et efficaces pour vous comme pour Météovergne, n’hésitez pas à vous abonner à l’application pour seulement 15 € par an. Vous y trouverez l’ensemble du travail fourni quotidiennement.

 

+ Un sursaut du nombre d’abonnés à l’application est nécessaire. Cela s’est déjà produit. Je suis convaincu que c’est à nouveau possible. Vous êtes près de 30.000 à suivre la page Facebook. Si seulement 8% de plus d’entre vous franchissent ce pas, alors je n’aurai pas à annoncer une triste nouvelle dans les prochains mois, que ce soit à vous ou à Kévin.

+ Merci à tous ceux qui m’ont suivi jusque-là et merci infiniment aux nouveaux contributeurs !

 

Alexandre

1/17