Une séquence automnale notable se confirme.

18/09/2020 - 22h45


Cette semaine a été marquée par des températures remarquables à exceptionnelles pour une mi-septembre, à toutes altitudes. En plaine, les maximales ont été en général de 9 à 12°C au-dessus de la normale climatique. Si nous sommes encore en été astronomique, l'automne météorologique a débuté le 1er septembre. Toute une semaine avec des températures supérieures à +30°C en plaine à la mi-septembre est remarquable, malgré les idées reçues.

Températures relevées sur 7 jours au niveau de l'aéroport d'Aulnat (331 m). Données Météo-France.


Cette période de temps chaud et sec (à part les orages localisés observés mercredi), va prendre fin ce week-end avec des passages orageux principalement les après-midi. Ce temps sera piloté par une goutte froide évoluant à proximité du golfe de Gascogne. Dans ce type de flux instable, les trajectoires des passages orageux seront très aléatoires : des espaces pourront bénéficier d'un bon arrosage, d'autres resteront partiellement ou totalement à l'écart. Les températures seront plus conformes à la normale climatique, bien que restant un peu au-dessus de la normale.

Prévision du géopotentiel et de la température à 500 hPa - modèle WRF - www.meteociel.fr


Lundi et mardi, des averses, voir des orages, par évolution diurne, pourront encore se produire (à préciser). Mercredi sera une journée de transition, à l'avant d'un net changement de temps, qui fait l'objet de cet article.


Le phénomène à l'origine du changement de temps attendu est actuellement situé au large du N.E des Antilles. Il s'agit de l’ouragan TEDDY qui va remonter dans les prochains jours en direction de la Nouvelle-Écosse.


Prévision la trajectoire de TEDDY par le NHC.


Comme tout bon système tropical, TEDDY va entrainer de l'air chaud à l'avant de lui-même et provoquera l’élévation d'une dorsale anticyclonique subtropicale au-dessus de l'Atlantique. Ceci aura pour effet de faire basculer une poche d'air polaire que l'ex-TEDDY aura chahuté dans sa course vers le Groenland (en devenant alors une dépression des latitudes tempérées). L'Europe de l'ouest, et donc la France, se situera alors sur la trajectoire du décrochage d'air polaire associé à un système dépressionnaire ("vases-communicants").


Prévision du géopotentiel à 500 hPa et de la pression réduite au niveau de la mer pour le 24/09 - GFS - www.meteociel.fr


Il faudra ainsi s'attendre vers jeudi/vendredi prochain à un temps automnal caractérisé par une fraicheur marquée, des pluies abondantes sur les versants ouest (fort effet de foehn) et un vent fort à violent de tendance ouest (tempête probable en montagne). Aussi, l'air devait être suffisamment froid pour que l'on observe des conditions hivernales au-dessus de 1500 m environ (neige et givrage), mais c'est à confirmer. C'est de l'air compris entre -25 et -30°C à 500 hPa qui devrait débouler sur le pays, ce qui est notable pour l'époque de l'année :


Prévision du géopotentiel et de la température à 500 hPa - modèle GFS - www.meteociel.fr


A noter que pendant que les températures devraient être, pour une fois, bien en-dessous de la normale climatique, l'Arctique subira une surchauffe quasi-généralisé, ce qui permettra de remettre en perspective cette évènement météo PONCTUEL frais/froid que nous allons connaitre et les anomalies climatiques chaudes à répétition au niveau mondial, dont la surexposition des très hautes latitudes.


Prévision de l'anomalie de température à 2m pour le 25/09 - GFS - Source : Tropicaltidbits


Ce temps prévu, à une semaine d'échéance, bénéficie d'une assez-bonne fiabilité (environ 70%) en raison d'une quasi-unanimité des modélisations, de la confirmation lors des derniers "runs", et aussi parce que le changement de configuration sera suffisamment vaste pour être cerné. Ne pas être capable de prévoir avec précision où les orages de ce week-end circuleront ne remet absolument pas en cause la prévision d'un contexte particulier plusieurs jours à l'avance car c'est une question de différence de taille des phénomènes (quelques kilomètres ou dizaines de kilomètres pour les orages, des milliers de kilomètres pour l'évolution attendue précédemment décrite).


La chute des températures attendue va se traduire également par une isotherme 0°C passant d'environ 4000 m actuellement à 1500 à 2000 m, d'où la probabilité élevée de conditions hivernales sur les sommets. Les différents scénarios ci-dessous du modèle GFS sont assez convergents. En revanche, on constate nettement qu'au-delà du 26/09, la fiabilité se réduit très fortement (divergences) et également pour les paramètres autres que l'isotherme 0°C. C'est pour cela qu'il faut retenir pour le moment que le changement de temps vers un contexte automnal à hivernal en altitude est quasi-acté mais qu'il reste de nombreux paramètres à préciser concernant l'évènement (chronologie, cumuls, vitesses du vent,...) et sur les évolutions attendues après le 26/09.


En haut, scénarios GFS de l'isotherme 0°C - www.meteociel.fr


Rappelons enfin que ces conditions à venir sont loin d'être exceptionnelles. L’exceptionnel est visible lorsque que l'on consulte les statistiques climatologiques des dernières semaines et des derniers mois avec la persistante des anomalies chaudes et des niveaux parfois atteints. De la neige, même au moins de septembre, c'est banal sur des sommets. D'ailleurs, même les dernières années chaudes ont autorisé cette possibilité. Exemple ci-dessous avec de la neige et du givre à 1800 m en septembre 2017 :


Photos : Météovergne


© Météovergne - Mentions légales - CGV