Des phénomènes marquants dans les prochains jours.


Vue depuis la vallée de Chaudefour, le 21 mai 2018 - photo Météovergne

Ce lundi 27 avril, on observe une dégradation pluvio-orageuse qui met fin à de nombreux jours marqués par la formation d'averses et d'orages par évolution diurne (marais barométrique). L'instabilité du jour est en effet liée à l’arrivée d'air nettement pus frais par l'ouest. Ceci ouvrira la voie à un flux d'ouest dépressionnaire les jours suivants avec des conséquences notables concernant les évolutions des températures et des cumuls de précipitations.


Mardi, passage du talweg (prolongement d'air froid dépressionnaire) associé à la dégradation en cours, ce qui aura pour conséquence de poursuivre l’abaissement de la température en altitude (jusqu’à -25°C à 500 hPa, environ 5500 m, d'ici la soirée). Dans une ambiance humide sur les versants ouest (rafales de tendance ouest proches de 50 km/h sur les sommets), avec éclaircies par effet de foehn sur les versants est, on observera au fil des heures, une augmentation du risque d'averses/giboulées, particulièrement en fin d'après-midi/soirée (orage très loc.) où on devrait observer le passage d'une ligne de grains, porteuse de grésil ou de petite grêle localement. Sur les sommets du Sancy, voire au sommet du puy de Dôme, la neige refera son apparition. L'isotherme 0°C, proche de 2000 m en journée, s'abaissera à environ 1800 m en soirée/nuit suivante. La limite pluie/neige pourra s'abaisser jusqu'à environ 1500 m, ponctuellement.



Géopotentiel et température 500 hPa - modèle WRF - www.meteociel.fr


Mercredi matin, givrage et saupoudrage neigeux seront probablement observés sur les sommets du Sancy avec une température de l'ordre de -1°C à 1800 m. Au meilleur de la journée, on attend environ +11°C à 1000 m. Il s'agira d'une journée de transition, dans un contexte plus ou moins nuageux, à l'approche d'une limite frontale à caractère de front froid par l'ouest qui atteindra les massifs en cours d'après-midi ou soirée (la chronologie n'est pas encore calée). Les massifs entreront alors dans une phase de temps très perturbé avec la succession de plusieurs fronts dans un flux d'ouest et dans un contexte de masse d'air plutôt froide : isotherme 0°C fluctuant grossièrement entre 1500 et 2000 m. La neige pourrait potentiellement s'accumuler significativement sur les sommets du Sancy et pourquoi pas passer ponctuellement sous la barre des 1500 m, notamment jeudi. A cette échéance, il subsiste encore des incertitudes chronologiques entre les fluctuations thermiques et les passages de précipitations. Ces dernières subiront la loi de l’effet de foehn et seront nettement plus marquées sur les versants ouest qu'en aval des reliefs et notamment en Limagne. Ce phénomène sera renforcé par un vent d'ouest soufflant en tempête sur les sommets.


L'animation ci-dessous permet de visualiser l'évolution de la température de la masse d'air à 850 hPa (environ 1500 m) lors de la phase "froide" entre mercredi et vendredi matin. Remarquez "l’impulsion" d'air chaud qui approche par l'Atlantique : elle va fortement conditionner le temps présent sur les massifs les heures suivantes et notamment en termes du volume de précipitations.



Évolution de la température et du géopotentiel à 850 hPa - modèle WRF - www.meteociel.fr


En effet, l'air frais/froid (selon l'altitude) en place va être expulsé par l’arrivée d'air doux subtropical, fortement humide. Avec le flux rapide d'ouest, lié à sa canalisation (augmentation du gradient de pression) entre l'élévation d'une dorsale anticyclonique subtropicale et les dépressions évoluant plus au nord, on observera donc une évolution courante, mais remarquable, des précipitations, qui s'annoncent abondantes sur les versants ouest et le coeur du massif du Sancy. C'est en effet ce premier relief de l'ouest de la France, qui va forcer la masse d'air à s'élever. Douce et très humide, elle va se refroidir par détente (baisse de pression) en s'élevant, favorisant tune intense condensation et donc le déversement de pluies abondantes : c'est la "mousson auvergnate" ou en tout cas des versants ouest du 63...


Pression au sol et géopotentiel 500 hPa pour vendredi à 21h - modèle WRF - www.meteociel.fr

Cette évolution mettra totalement fin aux conditions hivernales sur les sommets avec une isotherme 0°C passant 2500 m puis 3000 m. Ces conditions devraient durer jusqu'à samedi. Les versants ouest et le coeur du Sancy devraient ainsi recevoir en 48/72h, au moins 50 à 100 mm, potentiellement bien plus de 100 mm. Ce potentiel sera à préciser. A l’inverse, pour les versants situés en aval, (versants est du Sancy, Limagne) il faudra s'attendre à des cumuls divisés par 4 ou 5, au moins, avec de potentielles éclaircies persistantes.


A partir de dimanche, c'est un autre contexte qui va s’établir : de l'air de plus en plus chaud continuera d'affluer, mais en devenant sec. La nuit de dimanche à lundi s'annonce remarquable puisque la température ne fera que monter sur les sommets et c'est de l'air à près de +19 à +22°C à 850 hPa qui devrait circuler lundi et/ou mardi, soit des valeurs digne d'une vague de chaleur/canicule estivale. Selon les conditions de nébulosité, la barre des +30°C pourrait être atteinte ou dépassé en plaine. Potentiellement des pointes à +35°C sur les plaines du S.O du pays. Tout ceci interviendrait début mai, ce qui serait remarquable à exceptionnel, même si au fil des anomalies récurrentes de températures élevées, ce mot perd de son sens...


A noter qu'apporter des éléments aussi précis à une semaine d'échéance est assez osé mais l'ensemble des modélisations converge vers ce contexte remarquablement chaud, ce qui renforce la confiance en ce scénario. Il faut dire aussi que cet afflux d'air chaud serai piloté par deux vastes systèmes : la dorsale anticyclonique déjà évoquée et l’approche par l'ouest d'un profond talweg. Les vastes dimensions de ces éléments météorologiques expliquent la fiabilité assez bonne.


Prévision de la température de la masse d'air à 850 hPa pour le 05/05 - modèle ECMWF - www.meteociel.fr


Approche d'un talweg par l'ouest, cela signifie donc que de l'air froid dépressionnaire activerait la "pompe à chaleur" et renforcerait le contraste thermique. On peut donc aisément s'attendre à une dégradation orageuse potentiellement virulente vers le 5-7 mai, suivie d'une chute des températures qui s'annonce vertigineuse, avec potentiellement le retour d'air suffisamment froid pour observer à nouveau des conditions hivernales sur les sommets.


En conclusion, il est bon de contextualiser ces prévisions : le printemps est la saison de tous les extrêmes et il est tout à fait normal d’observer de fortes fluctuations thermiques. Des conditions hivernales en altitude pourraient marquer les esprits alors qu'il s'agirait d'un phénomène tout à fait banal, car encore une fois, limité à des secteurs en altitude. C'est en revanche, la potentielle vague de chaleur, brève malgré tout, qui devrait interpeller : avec des anomalies de températures de l'ordre de 15°C au-dessus de la normale climatique, on serait loin de l'intensité des anomalies froides attendues dans les prochains jours (quelques degrés d'écart seulement). Ceci continu d’interpeller sur les conditions d'évolution en cours de notre climat. Enfin, le contexte de réchauffement climatique n'a pas empêché d'observer des épisodes hivernaux tardifs, comme en témoigne cette photo du 14 mai 2018, au Mont-Dore, à 1500 m d'altitude.


Photo : Météovergne

L'ensemble des évolutions à venir est à suivre sur l'application Météovergne (1270 abonnés à ce jour).

© Météovergne - Mentions légales - CGV