Pourquoi encore un coup de frais/froid à venir ?

Saupoudrage neigeux le 5 juin 2019 sur le puy de Sancy - photo Météovergne

 

 

     La neige est tombée, en quantité très limitée, à deux reprises ces derniers jours sur le puy de Sancy et le phénomène pourrait se répéter entre mardi 11 et mercredi 12 juin matin. Ou tout du moins, les températures seront proches de 0°C avec un risque de givre. Pour éviter certains raccourcis maladroits pour qualifier ce temps, il est bon de contextualiser la situation en cours :

 

1) tout d’abord, ce phénomène reste limité à "haute" altitude : plus de 1700 m. Il n'est absolument pas anormal d'observer de la neige en juin, sachant qu'autrefois, la neige pouvait être observée tous les mois de l’année sur les sommets et en quantités beaucoup plus importantes. C'est aussi la médiatisation du phénomène par Météovergne, en partageant des photos/vidéos depuis les sommets qui amplifie parfois un effet sensationnel trompeur, car toute l'Auvergne est bien loin d'être sous la neige ! Sans constat sur le terrain, le phénomène serait peut-être passé inaperçu... La météo (et non le climat) n'est donc pas "folle".

 

2) ensuite, et là le sujet est une source de débats parfois très virulents, il est possible que ces coups de frais/froid répétés soient renforcés par le réchauffement climatique qui se poursuit. Cela peut paraitre paradoxal mais pourtant cela nous met face à la différence entre météo locale et climat global. Pour simplifier, l'Arctique est en effet attaqué de manière persistante et répétée par de puissantes pulsations chaudes remontant depuis de plus basses latitudes. Ainsi, l'air froid est expulsé en direction de certaines zones des plus basses latitudes (Europe, Amérique du Nord,...) sous forme de poches d'air froid. Le problème de ce phénomène, qui fait partie des ondulations normales de la circulation générale, c'est que les anomalies chaudes en Arctique persistent depuis des années. Le phénomène peut-être grossièrement résumé par cette illustration réalisée par l'AFP pour illustrer les conditions en Amérique du Nord cet hiver (un peu maladroite malgré tout) :

 

Source : AFP

 

 

     Car pendant que les massifs "grelottent", les anomalies positives de températures sont fortes, voire intenses, ailleurs, et particulièrement en Arctique. La carte ci-dessous présentant les anomalies de températures à 2 mètres du sol du 10/06/19 par rapport à la série climatologique 1979-2000 (elle même déjà "réchauffée"...) montre bien des anomalies positives dominantes et bien plus exacerbées que les anomalies négatives. L'ensemble de l'Arctique surchauffe avec une température moyenne de près de 2°C en trop. On note aussi que les températures maximales dépasseront +25°C au nord de la Sibérie, bien au-delà du cercle polaire Arctique !

 

     Voilà peut-être, de quoi relativiser le frais/froid dans les massifs, que l'on soit climatosceptique ou non d'ailleurs : les faits sont là et s'amuser d'un "il est où le réchauffement climatique ?!" quand il fait froid ponctuellement sur des sommets auvergnats en période estivale, c'est méconnaitre le climat à l'échelle locale et le constat/l'évolution à l'échelle mondiale...

 

 Anomalies de températures à 2 m prévues pour le 10 juin 2019

 

 

     Revenons-en aux conséquences sur le temps sensible dans les massifs. C'est une goutte froide, "tournicotant" sur le pays qui sera responsable de l'advection d'air froid en altitude. La masse d'air va ainsi s'abaisser à -22/-25°C vers 5600 m entre mardi et mercredi matin :

Prévision de la température vers 5500 m pour mardi soir - modèle GFS - www.meteociel.fr

 

 

     Ainsi, l'isotherme 0°C fluctuera entre 1700 et 2000 m. L’instabilité renforcée par une augmentation du gradient vertical de température devrait occasionner des averses ou giboulées potentiellement orageuses mardi après-midi avec des sommets du Sancy qui pourront blanchir temporairement. Dans la nuit de mardi à mercredi, le vent de sud-ouest devrait souffler fortement sur les sommets, par une température proche de 0°C. On pourrait ainsi assister à des dépôts de givre, toujours au-dessus de 1700/1800 m. Ce vent de sud-ouest drainera progressivement de l'air plus doux à partir de mercredi après-midi. Les températures gagneront 10 à 15°C jeudi : la migration de la goutte froide vers le nord agira comme une pompe à chaleur mais un temps durablement stable n'est pas attendu avant la semaine prochaine et c'est à confirmer...

 

Prévisions complètes à suivre dans le bulletin quotidien.

 

Please reload

© 2019 - Météovergne - Mentions légales - CGV